PORTES OUVERTES  : 9 mars 2024
Prendre rendez-vous

Contactez-nous au 04 71 48 28 18

Bannière SG RDV

SG RDV

Cycle d'exploration 2024 : l'enquête

The journey, not the destination matters.
T. S. Eliot

Bannière SG RDV 2024

Le programme

1) L'enquête, une démarche de terrain au service d'un projet artistique

Coralie Leblan (Cie. Les Moitiés sont des Tiers), Julie Crantelles (Cie. Alter Ego X), Thomas Pouget Coralie (Cie. La joie errante), Marie Godon et Laurie Guin (Cie. Maintenant ou jamais), Jean-Thomas Ceccaldi (réalisateur), Pauline Maucourt (journaliste France Culture émission LSD), Blaise Hoffmann (auteur) et Yassaman Khajehi (maître de conférence).

Table ronde : mardi 23 janvier 2024, 18h, théâtre municipal d’Aurillac (temps non limité – discussion)

2) L'enquête et la contre-enquête : Hitchcock s'est trompé

Pierre Bayard est professeur de littérature française à l’Université de Paris VIII, psychanalyste et écrivain. Il décortique avec humour depuis une trentaine d’années, de fameuses enquêtes littéraires et parvient à démontrer qu’Hercule Poirot et même Sherlock Holmes peuvent se tromper. Que se cache-t-il derrière les dialogues des personnages, les mots du narrateur ? Des indices, toujours des indices, mais lesquels ? Alors quand il choisit de s’attaquer au 7e art, la superposition des langages cinématographiques lui offrent un terrain de jeu extraordinaire.

Pierre Bayard, à Aurillac, nous parlera de la critique interventionniste à travers son travail de contre-enquête d’œuvres classiques, et nous proposera une nouvelle interprétation du chef d’œuvre d’Hitchcock « Fenêtre sur Cour »

Conférence : jeudi 8 février 2024 à 18h30 à la Médiathèque – conférence gratuite

(En amont de la conférence de Pierre Bayard aura lieu la projection du film « Fenêtre sur Cour » d’Hitchcock au cinéma : le 1er février à 20h45, et une deuxième séance, à la suite de la conférence, le 8 février à 20h45)

3) Enquête, fiction, réalité : Whitechapel Bad Dream

Michel Moatti est maître de conférences en sociologie des médias à l’Université de Montpellier, où il enseigne le journalisme et la communication.

Journaliste, il a été correspondant de l’agence britannique Reuters, et a vécu à Londres au début des années 1990.

Michel Moatti a publié son premier roman, Retour à Whitechapel en 2013. Ce « roman-enquête », qui propose une nouvelle thèse sur l’identité de Jack L’Éventreur, a été unanimement salué par la critique et sélectionné pour le Prix Historia.

L’auteur Michel Moatti nous présentera comment son roman Retour à Whitechapel s’inscrit dans un genre d’enquête littéraire et par quel pouvoir les mots raniment l’affaire de Jack L’éventreur. Projection au cinéma d’un court-métrage présentant son travail de documentation « Whitechapel Bad Dream », suivi d’une conférence avec l’auteur sur son célèbre roman : Retour à Whitechapel.

Conférence : jeudi 28 mars 1h30 – début 18H30 au cinéma le Cristal d’Aurillac – conférence gratuite

4) L’enquêteur au pays des pharaons : un « saventurier » modeste

Afin de poursuivre sa réflexion sur le thème de l’enquête, SG éditions a fait appel à Claude Traunecker, un égyptologue renommé.

Être égyptologue, c’est remonter jusqu’à 3500 ans avant J.C., c’est fouiller et interpréter chaque trace laissée sur des vestiges de monuments. C’est faire parler une langue oubliée, lire des formules magiques et comprendre une culture, une civilisation. C’est surtout mêler aventures et enquêtes : être à la fois Indiana Jones et Sherlock Holmes.

Claude Traunecker vous invite à le suivre dans ses enquêtes égyptologiques aux incidences inattendus. Auprès de lui, entrez dans l’esprit des découvreurs de l’Histoire et interrogez l’illusion lestradienne : découvrez comment la rigueur scientifique part en quête des possibles, des probables et des pourquoi pas pour se rapprocher des anciens Égyptiens.

En clôture de la conférence sera donnée une pièce musicale originale intitulée Le Chant du Harpiste d’après une nouvelle traduction par Claude Traunecker de La Tombe d’INERKHAOU-TT359 ) – création musicale d’Olivier Chabaud pour chant et harpe.

Conférence et pièce musicale : lundi 08/04/24 – Théâtre d’Aurillac – 18h – Tarif : libre

5) L’enquête : une affaire de justice

De gendarme, à juge d’instruction, puis juge des enfants, pour enfin endosser le rôle de Procureur de la République, René Pagis à travers sa carrière extraordinaire viendra compter les rouages des enquêtes aux différents postes qu’il a exercés. Et pour nous plonger au cœur de l’enquête judiciaire, il rouvrira devant nous l’une de ses dernières affaires.

Conférence : mardi 14 mai 2024 – 18h30 à la Médiathèque du bassin d’Aurillac – conférence gratuite

SG RDV 2024 Investigation

Le début ne laisse pas présager la fin.
Hérodote

Pourquoi l'enquête ?

Qu’est-ce qu’une histoire, un récit, si ce n’est la présentation d’une situation initiale dans laquelle s’offre aux lecteurs le destin d’un personnage incertain qui nous invite à le suivre et à découvrir le long du chemin ce qu’il va devenir ? Une situation où s’installe un mystère à résoudre : que va-t-il advenir de cet enfant ? arriverons-nous à décoder les indices laissés par le tueur ? ou encore, est-il possible de déchiffrer les inscriptions énigmatiques visibles sur la paroi du temple ?

Et la fin d’une histoire, à quoi sert-elle ? si ce n’est à mettre un terme au voyage ? L’apocalypse : la révélation, ne serait qu’un résultat et non le véritable but de l’histoire ! On dit toujours qu’il faut un bon début pour attirer l’attention. Mais ce qui fait rester le lecteur, c’est surtout ce sentiment d’embarquer, d’être en quête de quelque chose !

On peut alors choisir de prendre au pied de la lettre cette hypothèse et observer au combien les personnages d’enquêteurs sont idéaux pour les scénarii à intrigues : journalistes, détectives, ethnologues, historiens, scientifiques, etc.  Tenter de comprendre, pourquoi ces véritables experts de l’enquête sont si passionnants… Nous interroger aussi sur ce désir de savoir : pourquoi sommes-nous si enclin à suivre l’enquêteur ? Qu’est-ce qui nous attire dans sa démarche ?

Il semblerait que cette appétence soit devenue encore plus prégnante aujourd’hui. A l’heure des fake news, on craint les donneurs de solutions toutes faites. « Transparence ! », crie le peuple ! On remet en doute, on veut connaître, et pouvoir vérifier ce qu’on nous dit ! Le citoyen affirme de plus en plus son désir de suivre l’enquête.

Pourquoi cherchons-nous à ce qu’on nous révèle les secrets de fabrication de telle ou telle chose ? Est-ce pour faire partie du jeu ? ou par manque de confiance ? Et si l’enquête n’était plus réservée aux experts, cela signifierait quoi ? Au XXIe siècle, qui enquête et pourquoi ?